Dispositif Créa-Diff

CIE 32 NOVEMBRE.jpg

Grâce à ce dispositif  le Groupe des 20 accompagne en création et diffusion trois projets sur la saison suivante avec un engagement accru sur la circulation des spectacles. Les trois projets sélectionnés répondent à la diversité des théâtres membres du Groupe des 20, à la pluralité des esthétiques et des formats techniques, ainsi qu’au niveau de reconnaissance des artistes.

Ces 3 projets sont soutenus par un montant en coproduction du Groupe des 20 et une large diffusion au sein des théâtres membres.

Projets sélectionnés pour 2019/2020

Cie 32 novembre, Jérôme Helfenstein, Maxime Delforges, A Vue (magie performative)

Dépourvus d’artifices, le décor est posé. La Cie 32 novembre donne le ton et souhaite se défaire des archétypes associés à la magie, réinventer de nouveaux protocoles pour mieux les faire disparaître. Nous avons choisi d’exprimer pleinement notre art, la magie, comme une fin, non comme un moyen ou un effet spécial. Tout est là, sur le plateau, à vue; objets, humains, régies du son et de la lumière composés en « live ». D’un monticule à sept petits tas puis à un amoncellement dans un coin, les tableaux se succèdent. Tels des alchimistes, la quintessence magique est extraite d’objets anodins, du tout-venant. Ici, se rencontrent nos répertoires illusionnistes et des images, historiques ou contemporaines, qui nous font vibrer, de Harry Houdini à Lawrence Malstaf, en passant par Philippe Ramette.

CIE 32 NOVEMBRE.jpg
CIE MAUVAIS COTON.jpg

Cie Mauvais Coton, Vincent Martinez, Impermanence (cirque)

Repousser les limites de l’objet de cirque, lui donner d’autres possibilités. Etre au service de l’instant exact et de l’émotion. Engager nos corps, cultiver l’improbable et l’imprévu, jouer, faire œuvre collective, seront autant d’intentions pour cette création. Prendre un risque. Et partir vers l’avant. Se fondre au mouvement. Couper les câbles. Pour une succession de déséquilibres. A la recherche d’un équilibre nouveau. En permanence. Faire de l’instabilité un jeu. Eprouver dans sa chair, l’impermanence du monde. Pour ne pas tomber. Se mettre en jeu. Et tomber

Cie Le Chat du désert, Grégory Faive, Tout va s’arranger (théâtre et comédie musicale)

Le Petit Poucet ? Tout le monde le connaît. Son histoire ? Tout le monde la raconte. Chacun à sa manière… Mais quand on ouvre son journal secret, qu'on rentre dans son intimité... On découvre  bien d'autres choses... Saviez-vous qu’il vivait dans un royaume où le seigneur avait instauré la « Grande Privation » ? Que le maître d’école, affamé, mangeait ses élèves ?  Savez-vous qui était sa vraie maman ? Que le Petit Poucet était amoureux ?...

cie capricorne.jpg

Projets sélectionnés pour 2018/2019

Cie Arnica, Emilie Flacher, Buffles, (théâtre de marionnettes)

Une famille de buffles tient une blanchisserie dans un quartier populaire. Une nuit, un des fils, Max, disparaît. Les cinq frères et sœurs racontent comment ils ont réussi à survivre, grandir et trouver leur propre voie après cette disparition, tandis que dehors les lions veillent. Sur le plateau coexistent un chœur d’acteurs et de grandes marionnettes buffles pour dire cette fable réaliste. Une réflexion sur les silences enfouis, la famille, le clan, la soumission aux lois, et la question du libre-arbitre. La langue de Pau Miro déferle, traverse les corps comme une urgence, dit l’intimité des uns et des autres dans un chœur vivant en même temps que violent.

cie arnica.jpg
cie vouivre.jpg

Cie La Vouivre, Bérengère Fournier et Samuel Faccioli, Arcadie (danse)

Interrogeant les notions de singularité et de nuance, d’utopie et de dystopie, Arcadie aborde, à la manière d’une fable rétro-futuriste , les possibles transformations d’un monde.

Du noir matriciel vers la lumière, arcadie est une plongée autant qu’un retour à la surface d’un monde en gestation, où les rites initiatiques sont des passages à l’acte, à la révolte, où le groupe se fait matière organique.Dans l’épure de l’arcadie, se révèle la polymorphie des composants du monde.

Voyage spatio-temporel au cours duquel la notion d’identité est questionnée, arcadie est une oeuvre en suspens, en déplacement, révélant « ici et maintenant »  des espaces qui sont comme autant de seuils destinés à être franchis par l’imaginaire.

Cie Atelier du Capricorne, Céline Porteneuve, Le Journal secret du Petit Poucet (théâtre JP)

Un metteur en scène décide de monter La Mouette de Tchekhov à la manière des comédies musicales de Broadway… mais en France… avec les moyens qu’il possède… c’est-à-dire modestes ! Il est entouré des comédiens avec lesquels il a déjà travaillé par le passé, mais aussi de nouveaux… Tous vont devoir apprendre à chanter et danser avec une chanteuse lyrique très exigeante et un acteur que les moyens de production ont transformé en chorégraphe, pour supporter, dans tous les sens du terme, le travail des comédiens, ce qui est loin d’être gagné… Sans compter les absences répétées de Nina, rôle-titre, qu’il faut sans cesse remplacer pour ne pas prendre trop de retard ! Nous sommes un jour de répétition, proche de l’Opening Night.
Comment tous les impossibles et malentendus de cette situation vont-ils ou non se dénouer ?

cie chat desert.jpg

Projets sélectionnés pour 2017/2018 :

Cie Momus Group, Natalie Royer, Ding dong (théâtre)

Lucienne Vatelin, femme honnête et fidèle, aime son mari, qui lui suffit. Elle consentira à prendre un amant si, et seulement si, elle surprend son mari dans les bras d’une autre. Au grand désespoir de ses deux soupirants, Pontagnac et Redillon, Vatelin semble être la fidélité incarnée… Mais son ancienne maîtresse, Maggy, arrive subitement de Londres. Vatelin confie son désarroi à Pontagnac, qui s’empresse d’informer Lucienne… S’ensuit une multitude de péripéties, de confusions, de rebondissements, de femmes cachées dans le placard et de maris empêtrés !
Natalie Royer et les interprètes s’emparent de cette « mécanique infernale » imaginée par Feydeau. Ils rendent à merveille la drôlerie des comportements dans la perte de contrôle face aux quiproquos, lapsus et confusions en tout genre.
Les comédiens se démultiplient, furieusement dynamiques !

cie mopus.jpg
cie es.webp

Collectif ES, Jean-Yves, Patrick et Corinne (danse)

Avec Jean-Yves, Patrick et Corinne, les ÈS s'intéressent une fois encore à la question du collectif, ou comment les corps sont en constant dialogue et adaptation. Ils jouent avec l'interchangeabilité des uns et des autres dans une succession de trios inventifs ; ils s'amusent du déjà vu, déjà entendu, déjà fait pour poser un regard sur ce qui les a construit, sur ce qui nous a construit

Cie Virevolt, Aurélie Cuvelier, Départ Flip (cirque)

Départ Flip, c’est une réinvention collective du trapèze fixe pour 4 femmes et 1 homme en talons aiguilles. S’inspirer de sa tradition, de son histoire pour ainsi le redécouvrir. Créer des personnages à partir de 5 artistes complexes et singuliers, venus du monde entier. Constituer une tribu avec une seule idée en tête : se sentir libre, partout et ailleurs. Tirer un fil à partir de leur propre animalité -le trapéziste n’est-il pas un peu singe ?- pour arriver à une société codifiée (ou pas).

Départ Flip est une invitation à l’émancipation, à la recherche de la liberté, au voyage. Veut-on rester enchevêtrés dans notre condition d’être humain, à subir la gravité (dans les 2 sens du terme), ou apprendre à faire ensemble et s’en libérer. Comment les interactions de cette famille-là peuvent-elles se construire, comment peut-on s’en échapper, comment peut-elle nous aider, comment peut-on trouver sa liberté à l’intérieur du groupe.

Départ Flip, c’est révéler à travers leur recherche d’émancipation, la dualité entre la force et la beauté spectaculaire que ces artistes offrent et montrent au public et la fragilité qui les anime et que personne ne voit jamais. 

cie virevolte.jpg